Habitat et environnement intérieur

Catégories affichées Toutes les catégories / Environnement / Habitat et environnement intérieur

  • Age du parc privé

    19/09/2016

    Cet indicateur présente la part de résidences principales construites avant 1946 (source Insee), que l’on appellera résidences anciennes par bassin de vie Les départements de Creuse, Charente, Lot-et-Garonne et Deux-Sèvres présentent des parts élevées de résidences anciennes Les départements côtiers ont des résidences plus récentes sur le littoral que dans les terres

  • Résidences sans confort

    19/09/2016

    Cet indicateur donne la part de résidences sans confort par bassin de vie en 2012 (source Insee) Au sens Insee, il s’agit des résidences pour lesquelles il manque au moins un des éléments suivants : eau, WC, douche ou baignoire Cette part est plus élevée au nord-est de la région

  • Parc potentiellement indigne

    19/09/2016

    Le parc privé potentiellement indigne est établi sur la base d’un croisement entre les revenus des occupants et le classement cadastral des logements Il comprend :

    • les logements classés en catégorie cadastrale 6 (ordinaire) occupés par un ménage au revenu fiscal de référence inférieur à 70% du seuil de pauvreté,
    •  les logements classés en catégorie cadastrale 7 ou 8 (médiocre et très médiocre) occupés par un ménage au revenu fiscal de référence inférieur à 150% du seuil de pauvreté Le PPPI repose sur l’hypothèse  qu’un  logement  a  d’autant  plus  de  chances de ne pas avoir été profondément amélioré, et d’avoir un classement cadastral initial toujours valable, qu’il est occupé par un ménage à revenus modestes

    Globalement, dans la région, la part du parc privé potentiellement indigne est en baisse Ponctuellement, certains bassins de vie voient cependant une augmentation de leur PPPI entre 2011 et 2013 Les secteurs les plus impactés se situent à la frontière ouest de la Gironde, dans le Lot-et-Garonne, le nord de la Dordogne, le sud de la Charente-Maritime et le sud de la Vienne

    Les limites de cet indicateur sont d’une part, sur l’état du logement, l’aspect déclaratif des données recueillies (équipement des logements, déclaration de travaux), peu fiables de façon fine mais permettant de donner des tendances Une distorsion de la réalité de terrain peut être observée dans les départements les plus ruraux, où, si les logements sont parfois faiblement équipés et vétustes, ils n’en sont pas pour autant insalubres D’autre part, les fichiers fiscaux utilisés n’ont pas été nécessairement complétés au même moment, ce qui peut aboutir à des décalages, en particulier du fait de la mobilité des ménages