Sols

Catégories affichées Toutes les catégories / Environnement / Sols

  • Potentiel radon des communes en Nouvelle Aquitaine – Mise à jour du 08/04/2019

    09/04/2019

    Le radon est produit à partir de l’uranium contenu dans les formations géologiques constituant la croûte terrestre et tout particulièrement celles proches de la surface Une fois produit, le radon peut alors circuler dans le sous-sol et s’accumuler dans les habitations ce qui peut entraîner un risque pour la santé Il est présent sur tout le territoire français et sa concentration dans les bâtiments est très variable En effet, la géologie est l’un des facteurs principaux des niveaux de concentrations mesurées dans les bâtiments La connaissance des caractéristiques des formations géologiques sur le territoire permet alors l’établissement d’une cartographie des zones pour lesquelles la présence de radon à des concentrations importantes dans les bâtiments est la plus probable
    L’arrêté du 27 juin 2018 liste par département les communes de potentiel radon 1, 2 et 3

    Les communes à potentiel radon 1 sont celles localisées sur les formations géologiques présentant des teneurs en uranium les plus faibles notamment les formations calcaires, sableuses et argileuse constituant les bassins sédimentaires (bassin parisien , bassin aquitain) et les formations volcaniques basaltiques (massif central)

    Les communes à potentiel radon 2 sont celles localisées sur les formations géologiques présentant des teneurs en uranium faibles mais sur lesquelles des conditions géologiques particulières (failles, ouvrages miniers souterrains présents dans le sous-sol) peuvent faciliter le transfert du radon vers les bâtiments

    Les communes à potentiel radon 3 sont celles sur lesquelles au moins une partie de leur superficie présente des formations géologiques dont les teneurs en uranium sont estimées plus élevées que les autres formations comme les formations constitutives de massifs granitiques (massif central, massif armoricain), les formations volcaniques (massif central, Mayotte) ou encore certains grès et schistes noirs Ces communes sont donc celles où la proportion des bâtiments présentant des concentrations en radon élevées est plus importante que sur le reste du territoire

  • Inventaires des sites et sols pollués – Mise à jour 2018

    12/06/2018

    Une cartographie régionale a été établie à partir de la base de données sur la pollution des sols (BASOL) du Ministère de l’Environnement de l’Energie et de la Mer (MEEM) Les sites libres de toutes restrictions ou traités n’ont pas été pris en compte dans cette représentation cartographique

    L’EPCI où se situe la ville de Bordeaux est celle qui présente le plus grand nombre de sites pollués (110 sites correspondant à une densité de 18 sites pour 100 km²) D’autres EPCI possèdent de fortes densités de sites pollués, comme l’EPCI de Limoges et celui de La Rochelle avec une densité de plus de 5 sites pollués pour 100 km²

    SITE WEB BASOL

  • Lithologie

    27/09/2016

    La carte lithologique simplifiée de la Nouvelle-Aquitaine met en exergue un paysage disparate d’un point de vue géologique

    4 grands types de socles géologiques ressortent : sédimentaire au niveau du Bassin aquitain,granitique pour le Massif central et armoricain (Nord Deux-Sèvres), calcaire au niveau des Charentes, de la Dordogne et de la Vienne et métamorphique pour la chaîne des Pyrénées

    Ces types de socles géologiques peuvent avoir des influences sur différents paramètres environnementaux : qualité de la ressource en eau, air intérieur dans l’habitat

    Site BRGM

  • Teneurs en éléments traces métalliques dans les sols

    14/09/2016

    Même si des éléments traces métalliques (ETM), communément appelés « métaux lourds », sont retrouvés dans les sols naturellement, du fait de leur présence dans la roche-mère des socles géologiques, la teneur totale de ces éléments dans les horizons de surface renseigne sur un éventuel apport anthropique

    Ainsi, selon la littérature, le plomb peut potentiellement provenir d’activités anthropiques lorsqu’il est retrouvé à des concentrations supérieures à 30 mg/kg de terre Les sources sont nombreuses : travail du sol en agriculture, rejets industriels … Les concentrations les plus élevées sont principalement retrouvées dans la partie nord de la région ainsi que dans certains territoires de Gironde et Pyrénées-Atlantiques

    En ce qui concerne le cadmium, il est présent dans toutes les roches, mais de façon prépondérante dans les roches sédimentaires et certaines concentrations élevées auraient été constatées sur des socles calcaires (Baize, 1997) Les sources anthropiques peuvent être, là-aussi, multiples : amendement d’engrais minéraux, de pesticides ou de boues d’épandages, utilisation industrielle (batteries,…) La représentation graphique des teneurs en cadmium des horizons de surface fait apparaître un gradient décroissant de concentration avec comme centre la Charente et le sud des Deux-Sèvres (teneur totale de 0,5 à 1mg/kg de terre) Cette zone reposant sur un socle calcaire, il est difficile de déterminer si cette accumulation de cadmium dans les sols est naturelle (type de sol favorisant l’adsorption de ce composé) ou anthropique (industries, épandages agricoles)

     

    Gissol -Inra

  • Ancien sites miniers d’extraction d’uranium

    13/09/2016

    Les communes concernées par des anciennes activités d’extraction d’uranium à partir du sous-sol sont principalement situées dans les départements possédant un socle granitique : Creuse, Corrèze, Deux-Sèvres et Haute-Vienne

    La majorité des anciens sites miniers d’extraction d’uranium sont retrouvés au niveau du massif central

  • Inventaires des sites et sols pollués

    13/09/2016

    Une cartographie régionale a été établie à partir de la base de données sur la pollution des sols (Basol) du Ministère de l’Environnement de l’Energie et de la Mer (MEEM) Les sites libres de toutes restrictions ou traités n’ont pas été pris en compte dans cette représentation cartographique Le bassin de vie de Bordeaux est celui qui présente le plus grand nombre de sites pollués (110, correspondant à une densité de 8 sites pour 100 km²) Un certain nombre d’autres bassins de vie, aussi bien urbains que ruraux, présentent une forte densité avec plus de 3, voire plus de 5 sites pour 100km² pour certains, tel la zone industrielle de Lacq (Pyrénées-Atlantiques)

    SITE WEB BASOL