Données en Santé Environnement

Nous tenons à remercier l’ensemble des contributeurs qui ont permis de présenter l’ensemble des indicateurs présents sur cette page

  • Parc potentiellement indigne entre 2010 et 2013

    19/09/2016

    Le parc privé potentiellement indigne est établi sur la base d’un croisement entre les revenus des occupants et le classement cadastral des logements Il comprend :

    • les logements classés en catégorie cadastrale 6 (ordinaire) occupés par un ménage au revenu fiscal de référence inférieur à 70% du seuil de pauvreté,
    •  les logements classés en catégorie cadastrale 7 ou 8 (médiocre et très médiocre) occupés par un ménage au revenu fiscal de référence inférieur à 150% du seuil de pauvreté Le PPPI repose sur l’hypothèse  qu’un  logement  a  d’autant  plus  de  chances de ne pas avoir été profondément amélioré, et d’avoir un classement cadastral initial toujours valable, qu’il est occupé par un ménage à revenus modestes

    Globalement, dans la région, la part du parc privé potentiellement indigne est en baisse Ponctuellement, certains bassins de vie voient cependant une augmentation de leur PPPI entre 2011 et 2013 Les secteurs les plus impactés se situent à la frontière ouest de la Gironde, dans le Lot-et-Garonne, le nord de la Dordogne, le sud de la Charente-Maritime et le sud de la Vienne

    Les limites de cet indicateur sont d’une part, sur l’état du logement, l’aspect déclaratif des données recueillies (équipement des logements, déclaration de travaux), peu fiables de façon fine mais permettant de donner des tendances Une distorsion de la réalité de terrain peut être observée dans les départements les plus ruraux, où, si les logements sont parfois faiblement équipés et vétustes, ils n’en sont pas pour autant insalubres D’autre part, les fichiers fiscaux utilisés n’ont pas été nécessairement complétés au même moment, ce qui peut aboutir à des décalages, en particulier du fait de la mobilité des ménages

  • Mortalité par cancer de la trachée des bronches et du poumon (taux standardisé pour 100 000 hab.) entre 2000 et 2012

    17/09/2016

    Selon l’expertise de l’AFSSET et de l’INSERM (2008), les principaux facteurs cancérogènes avérés pour cette localisation sont le tabac, l’amiante, le radon, la silice, les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), certains métaux et les fumées de diesel

  • Typologie environnementale des bassins de vie en Nouvelle-Aquitaine

    16/09/2016

    Sur la base de 10 indicateurs environnementaux (3 pour le milieu air, 2 pour l’eau, 2 pour les sols et 3 pour l’habitat), le modèle statistique (analyse en composante principale classification ascendante hiérarchique) identifie 4 types de profils environnementaux :

    Type 1 “ruraux classiques” (103 bassins de vie)

    Type 2 “composites” (109 bassins de vie)

    Type 3 “littoraux” (21 bassins de vie)

    Type 4 “atypiques” (12 bassins de vie)

  • Caractéristiques démographiques

    16/09/2016

    Près de 6 millions d’habitants (4ème rang national), peu densément peuplée, un dynamisme démographique particulièrement dans les départements littoraux, une population âgée, surtout à l’est de la région

    • 5,84 millions d’habitants
    • une densité moyenne de 69 hab/km²
    • entre 1999 et 2012, plus de 550 000 habitants en plus
    • 11,3% de 75 ans et plus en moyenne régionale (1er rang national pour la Creuse

     

    Site Insee

  • Leptospirose entre 2006 et 2014

    16/09/2016

    La Leptospirose est une zoonose (infection transmise de l’animal à l’homme) causée par une bactérie se maintenant assez facilement dans les milieux extérieurs (eau douce, sols boueux) Les facteurs favorisant la transmission de cette maladie à l’homme sont les activités professionnelles ou de loisirs entraînant un contact avec les milieux pouvant être contaminés par l’urine d’animaux infectés ou les animaux eux-mêmes

    Santé Publique France

  • Intoxication au monoxyde de carbone (CO) entre 2010 et 2014

    16/09/2016

    Le monoxyde de carbone est un gaz asphyxiant inodore, invisible et non irritant Il peut être mortel en moins d’une heure Dans les logements les principales sources sont les systèmes de chauffage car le CO est issu de la combustion incomplète de matière organique Le système de surveillance s’applique à toutes les intoxications au CO, suspectées ou avérées, survenues de manière accidentelle ou volontaire Les déclarants signalent toute intoxication aux acteurs locaux du système de surveillance puis une enquête médicale est menée par le centre antipoison et de toxicovigilance (CAPTV)

    En 5 ans(2010-2014) 414 signalements d’intoxications au CO, soit 83 par an en moyenne et 824 personnes impliquées, soit une moyenne de 165 par an sur la période

    Santé Publique France