Données en Santé Environnement

Nous tenons à remercier l’ensemble des contributeurs qui ont permis de présenter l’ensemble des indicateurs présents sur cette page

  • Émissions départementales de particules fines PM2.5 en 2010

    05/09/2016

    Les particules fines émanent d’une multitude de sources, tant naturelles (sols, pollens,) qu’anthropiques (trafic routier, installations de combustion, industries,…) Deux catégories de particules sont particulièrement dangereuses : les PM10 (de l’anglais particulate matter, d’un diamètre inférieur à 10 µm) et les PM 25 (diamètre inférieur à 2,5 µm) En raison de leur petite taille, elles peuvent pénétrer très facilement en profondeur dans les voies respiratoires et peuvent être impliquées dans l’apparition ou l’aggravation de plusieurs pathologies : asthme, bronchite chronique, cancer du poumon, affections cardiovasculaires … L’analyse de la contribution respective des secteurs d’activités, montre que le résidentiel/tertiaire est la source prédominante d’émissions dans tous les départements de la région

    ATMO NA

  • Émissions communales de particules fines PM2.5 en 2010

    05/09/2016

    Les particules fines émanent d’une multitude de sources, tant naturelles (sols, pollens,) qu’anthropiques (trafic routier, installations de combustion, industries,…) En raison de leur petite taille, elles peuvent pénétrer très facilement en profondeur dans les voies respiratoires et peuvent être impliquées dans l’apparition ou l’aggravation de plusieurs pathologies : asthme, bronchite chronique, cancer du poumon, affections cardiovasculaires En ce qui concerne les particules fines PM25 les émissions communales apparaissent moins contrastées sur l’ensemble de la région Les communes urbaines ainsi que certains axes routiers ressortent cependant avec des émissions plus conséquentes (environ 1000-2000 kg/km²)

    ATMO NAcartographie interactive ATMO NA

  • Concentration moyenne régionale en PM10 entre 2008 et 2014

    05/09/2016

    Les concentrations régionales moyennes relevées au droit des stations de mesure du réseau d’ATMO Nouvelle-Aquitaine mettent en évidence des concentrations supérieures à la valeur guide OMS (20 µg/m3) allant jusqu’à 38µg/m3 pour les stations de type « trafic » Dans l’ensemble, entre 2008 et 2014, les concentrations sont stables

    ATMO NA

  • Émissions départementales de particules fines PM10 par secteur en 2010

    05/09/2016

    L’inventaire des émissions de polluants (particules et oxydes d’azote) rejetés pour un temps et une surface donnés, réalisé par les 3 AASQA, recense l’ensemble des sources d’émission « non négligeables », susceptibles d’engendrer des quantités de pollution importantes Cet inventaire est basé sur des estimations statistiques et non sur des mesures de concentration dans l’air La contribution respective des différents secteurs d’activité aux émissions de PM10 varie selon les départements On retrouve des contributions agricoles importantes en Pyrénées-Atlantiques ainsi que dans les Landes et le Lot-et-Garonne, tandis qu’en Gironde, la part liée au transport est majoritaire alors que, dans les départements limousins, et à un degré moindre en Charente, la part du secteur résidentiel est prépondérante

    ATMO NA

  • Émissions communales de particules fines PM10 en 2010

    04/09/2016

    Les particules fines émanent d’une multitude de sources, tant naturelles (sols, pollens,) qu’anthropiques (trafic routier, installations de combustion, industries,…) En raison de leur petite taille, elles peuvent pénétrer très facilement en profondeur dans les voies respiratoires et peuvent être impliquées dans l’apparition ou l’aggravation de plusieurs pathologies : asthme, bronchite chronique, cancer du poumon, affections cardiovasculaires Les émissions communales de PM10 sont plus importantes dans les communes traversées par les grands axes routiers ainsi que dans les territoires agricoles du sud de la région (entre 2000 et 5000 kg/m²)

    ATMO NAcartographie interactive ATMO NA

  • Épisodes de pollution de l’air entre 2012 et 2014

    01/09/2016

    Les dépassements annuels des seuils d’alerte de pollution sont globalement plus fréquents sur les départements littoraux (entre 9 et 15 jours d’épisodes de pollution atmosphérique), et plus particulièrement en Gironde (plus de 15 jours), que dans les autres départements (moins de 9 jours) Ces dépassements sont presque exclusivement dus aux particules fines

    ATMO NA